Guerre 14-18, Histoire, La mine, La ville, Lens, Les hommes

A Lens, il y a 100 ans

   Il y a cent ans exactement, les lensois n’avaient certainement pas très envie de fêter la nouvelle année. Les bombardements incessants, les brimades des troupes allemandes, les difficultés de ravitaillement, les morts par dizaines ajoutés au temps glacial de ces premiers jours de janvier les obligeaient à vivre dans la peur, la faim et le froid.

   Alors, pour ne pas oublier ce qu’on vécu les lensois du début du 20ème siècle, voici une série de photographies de Lens aux alentours du 1er janvier 1916, il y a 100 ans …..

1916 16

Des troupes entières de prisonniers français sont emmenés vers l’arrière

1916 15

Le canal de Lens et les débris de péniches

1916 14

Les tranchées devant la fosse 11

1916 13

Les allemands installent une ‘grosse Bertha’ dans une usine

1916 12

Les habitations subissent les bombardements

1916 11

La rue de Lille

1916 10

La gare est inutilisable

1916 09

Des soldats allemands font constater les dégâts occasionnés par les bombardements français

1916 08

Les fanfares allemandes pavoisent dans les rues de Lens

1916 07

L’église Saint Léger

1916 06

Des soldats allemands dans les ruines d’une fosse

1916 05

L’église Saint Pierre de la cité 11

1916 04

Les carreaux de fosses sont abandonnés

1916 03

Ils seront finalement entièrement détruits

1916 02

La mairie en construction au début du conflit

1916 01

La rue Victor Hugo

1916 17

Des prisonniers français travaillent au déblaiement sous les ordres allemands

Mots-clefs :, , , , , , , ,

2 Réponses à “A Lens, il y a 100 ans”

  1. Le 9 décembre 2016 à 19 h 42 min vallois bruno a répondu avec... #

    Bonjour ,quand vous dites  » des prisonniers français » je pense à des civils , des travailleurs forcés ,les sinistres Z.A.B , « Zivil Arbeiter Batallion « . Dès leur arrivée en octobre 1914 les occupants ont mis en place un système de réquisition pour les travaux de voirie ( brassards blancs ) , les jeunes gens et les vieillards de 16 à 65 ans doivent travailler pour l’occupant ,ils sont rétribués par la ville . A partir de avril 1916 ,ce travail devient obligatoire et les jeunes civils sont convoqués à des séances d ‘appel ou ils sont emmenés de force au camps Darcy à Henin pour alimenter le ZAB ( brassards rouges ) . J’ai écris un bouquin la dessus . Continuez j’aime bien ce que vous faites ,je suis expatrié en Isère ,mais je suis votre blog . J’ai une photo à vous soumettre ,c’est peut être le canal de Lens ,mais j’ai un doute !

    • Le 10 décembre 2016 à 10 h 15 min Le Lensois Normand a répondu avec... #

      Merci pour ces précisions. Il s’agit effectivement de prisonniers civils, les militaires étant en général emmenés à l’arrière de la ligne de front.

      Dernière publication sur Le lensois normand : C'est fini (pour le tome 1)

Ajouter votre réponse

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe