Archive | 16 mars 2016

Le cinéma Majestic de Lens

titre

   Après les destructions de la première guerre mondiale, Lens se reconstruit petit à petit. La priorité est d’abord donnée aux logements, aux administrations et aux commerces, ce n’est qu’après que l’on pense aux loisirs. En 1921, au numéro 39 de la rue de la Gare, près de l’hôtel de Flandres se construit l’édifice qui abritera le cinéma Majestic.

majestic hier

   Lors de la fête de l’inauguration, c’est la célèbre Damia, celle qu’on appelait la tragédienne lyrique et qui sera la Marseillaise dans le Napoléon d’Abel Gance en 1927, qui assure le spectacle après une première partie composée d’attractions originales de comiques, de magiciens et d’acrobates.

damia

   Construit face à l’emplacement d’un autre cinéma d’avant la première guerre tenu par M. Huberty-Favier, l’architecture art-déco de l’édifice est remarquable.

premier cinema 

   La salle est également magnifique et rappelle celles des plus beaux théâtre de Paris. Elle peut accueillir 850 personnes au parterre et 300 au balcon. La façade est rehaussée quelques années plus tard pour en faire l’une des plus belles architectures de Lens. L’établissement est tenu par M. Distinguin qui a tenu à composer son personnel de mutilés et de veuves de guerre.

transformation

  En 1923, Eugène Godart est le directeur du Majestic et le gérant est Gustave Baeldé avant que Jean Sigrant ne prenne la direction du cinéma en 1926. Les premiers films projetés par le Majestic sont muets. L’orchestre est dirigé par M. Charrier qui sera remplacé l’année suivante par Octave Aubry, premier prix du conservatoire de Lille en 1902.

programme 1926

   Le Majestic ne propose pas que des séances de cinéma mais aussi des opéras, des opérettes ou des pièces de théâtre. En 1924, les séances sont composées ainsi : une introduction musicale par l’orchestre suivie d’un film d’actualités, d’un court métrage (souvent de Charlie Chaplin) et d’un épisode du feuilleton du moment. Après l’entracte, l’orchestre accompagne un numéro de music-hall suivi du grand film du jour avant de conclure le spectacle par une dernière interprétation musicale. Quelques années plus tard, les séances sont composées d’un court-métrage suivi de numéros de music-hall et du grand film après l’entracte que les spectateurs sont invités à passer au bar du cinéma pour y déguster une bière du Loup d’Alsace.

bar

   En 1928 , le Majestic offre 5 séances par week-end dont deux en matinée le dimanche à 14h30 et 17h00.

   Six autres salles de cinéma apparaissent à Lens entre 1925 et 1930 : le Casino rue de Paris qui appartient aussi à la Société Lensoise de spectacles dirigée par M. Bœuf, le cinéma de la Maison Syndicale (qui deviendra le Cantin), l’Eden-Cinéma, l’Eldorado, le cinéma Buffe et le Lensiana.

casino rue paris

Cantin

   En 1930, de nouveaux sièges sont posés dans la salle. Il sont fabriqués par les Etablissements Rompais Frères à Harnes qui fournira également une autre société cinématographique lensoise, les cinémas Bertrand qui, rapidement concurrencera le Majestic.

sieges rompais

   En août 1931, Joseph Bertrand annonce la construction d’une salle face à la gare de Lens. L’année suivante, il inaugure l’Apollo, une des plus grandes salles de France. La société Bertrand rachète alors le Majestic et le Casino.

appolo

  Lors des bombardements de la deuxième guerre mondiale, la rue de la Gare, comme d’autres quartiers de Lens, est très abîmée.

ruegare en 44

  Le Majestic est totalement détruit et ne sera pas reconstruit après la guerre. Aujourd’hui, à son emplacement se trouve un immeuble comprenant des commerces en rez-de-chaussée. Son architecture cubique semble bien terne par rapport au bel édifice que fut le Majestic.

majestic aujourd'hui

3 commentaires

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe