Histoire, Lens, Les hommes

Sur les traces de Raphaël Lardeur

   Le 23 mars dernier, le lensois normand reçoit un message de Madame Suzanne Grano commençant ainsi : « Je vous écris de Brisbane en Australie. Notre aïeul parisien Raphaël Lardeur (1890-1967) a réalisé le vitrage escalier Art Déco de l’actuel Centre Jouhaux en 1930 ou 1945 ».

   Raphaël Lardeur est né le 19 décembre 1890 à Neuville-sur-Escaut et décédé à Paris le 17 avril 1967. Brancardier en Serbie lors de la première guerre mondiale, il s’installe à Paris en 1921 et fonde son atelier de peintre-verrier. Créateur de vitraux, de mosaïques, de mobilier liturgique, on trouve ses œuvres aujourd’hui sur plus de 200 sites en France et particulièrement en Picardie.

RL1000

   La question de ma correspondante consistait surtout à savoir pourquoi Raphaël Lardeur aurait créé deux œuvres, l’une en 1930, l’autre en 1945 pour le même bâtiment.

   En 1930, Alfred Maës, maire de Lens mais aussi président de la Caisse de Secours des ouvriers et employés des mines de Lens décide de regrouper en un seul établissement tous les composants pour offrir aux mineurs et à leur famille une médecine gratuite de qualité.

RL102

   Le site comprenant plusieurs bâtiments  construits entre la rue Eugène Bar et le Boulevard Basly, est inauguré le 16 février 1931.

  En montant le grand escalier face à l’entrée située rue Eugène Bar, on aperçoit un magnifique vitrail incurvé donnant sur la cour représentant un mineur et sa famille.

RL103RL104

   Le 11 août 1944, Lens est bombardé, beaucoup de bâtiments et d’habitations sont détruits. Le vitrail de Raphaël Lardeur vole en éclats.

   En 1945, le gouvernement nationalise les mines de charbon. On peut penser que ce sont les toutes nouvelles HBNPC (Houillères du Bassin du Nord et du Pas de Calais) qui ont demandé à Raphaël Lardeur de composer un nouveau vitrail.Réalisé sur le même thème que le premier, il est mis en place en 1946.

SONY DSC

RL205

  Voilà donc pour la réponse que l’on peut raisonnablement apporter à la question de notre correspondante devenue depuis une amie.

  Le 23 octobre 1970, la ville de Lens fait l’acquisition des ces locaux auprès de Charbonnage de France, nomme l’ensemble ‘le Centre Léon Jouhaux’, y transfère certains services municipaux et y logent des associations.

SONY DSC

  En 2010, la ville de Lens cède les locaux à Pas-de-Calais Habitat. Lors de la rénovation du site, les vitraux sont enlevés et remplacés par une protection provisoire.

KODAK Digital Still CameraRL106

   Ils sont emmenés afin d’être restaurés par « Vitraux d’Art Atelier Claude Barre » de Cottenchy (80) dirigé depuis 2013 par Monsieur Stéphane BRISSY, maître-verrier, qui y travaille avec trois collaborateurs dont son épouse.

  Et c’est là que, le 12 septembre, nous avons retrouvé Madame Suzanne Grano et sa sœur Julie. Ces dames effectuent chaque année depuis 2012 un voyage de plusieurs semaines en France sur les traces de leur ‘cousin français’ comme elles l’appellent, afin de compléter un travail de mémoire sur ses œuvres et celles de son fils Gérard, également artiste maître-verrier et sculpteur.

KODAK Digital Still Camera

  Monsieur et Madame Brissy nous ont obligeamment fait visiter leur atelier et nous ont expliqué les techniques de la fabrication et de la restauration des vitraux. Nous avons vu Kevin occupé occupé au masticage d’une partie du vitrail de Lens pour lequel, du fait de sa forme incurvée, il a fallu créer un support spécial.

KODAK Digital Still Camera

   Puis, c’est Cécile que nous avons rencontré. Passionnée par le métier qu’elle effectue depuis plus de 30 ans, elle était occupée à la restauration d’un vitrail ancien, dessertissant les pièces de verre de l’ancien plomb abîmé pour les réinsérer dans un profilé de plomb neuf.

KODAK Digital Still Camera

  Nous avons ainsi pu admirer des fragments de l’œuvre de Raphaël Lardeur restaurés et découvrir la partie comprenant la signature de l’artiste.

KODAK Digital Still CameraKODAK Digital Still Camera   Dans quelques temps, à la fin de la rénovation, le vitrail sera reposé à son emplacement d’origine, dans la cour du centre Jouhaux. Ce sera ainsi une partie du patrimoine lensois qui retrouvera sa place.

RL113

Mots-clefs :, , , , , , , ,

6 Réponses à “Sur les traces de Raphaël Lardeur”

  1. Le 18 février 2019 à 10 h 17 min Abbé de JERPHANION a répondu avec... #

    Nommé depuis peu curé du Cheylard (Ardèche), j’ai réalisé une petite plaquette reproduisant les vitraux de notre église.
    Ily a aussi un beau chemin de crois en mosaïque, mais je n’en connais pas l’auteur. Pourrait-il être aussi de R. Lardeur ?
    Je n’ai touvé

    • Le 18 février 2019 à 20 h 20 min Le Lensois Normand a répondu avec... #

      Bonsoir,
      Je suis en relation avec les petites nièces de Raphaël Lardeur (elles habitent en Australie). Elles ont fait un travail formidable sur les œuvres de leur aïeul. Si les vitraux de votre église ont été réalisé par ce maître-verrier, elles ont du les répertorier. Envoyer moi quelques photos de ces vitraux et je verrai avec elles. Mon adresse mail : lensois.normand@sfr.fr. Bonne soirée.

      Dernière publication sur Le lensois normand : C'est fini (pour le tome 1)

  2. Le 21 mai 2019 à 16 h 04 min Alain CAGNAC a répondu avec... #

    En examinant les vitraux de l’église de Saint-Denis-en-Margeride en Lozère, j »ai pu vérifier que quatre d’entre eux étaient l’oeuvre de Raphaël Lardeur (datés de 1943).
    Peut-être que cela pourrait intéresser les « descendantes » australiennes de cet artiste.
    Je dispose des photos et, puisque vous êtes en relation avec elles, je les mets à votre disposition, si vous le souhaitiez…
    Cordialement

    • Le 7 juin 2019 à 9 h 57 min Le Lensois Normand a répondu avec... #

      Bonjour, Votre message a été transmis aux descendantes de Raphaël Lardeur. Elles vous répondront directement. Cordialement.

      Dernière publication sur Le lensois normand : C'est fini (pour le tome 1)

  3. Le 30 mai 2019 à 12 h 05 min BLANC-PAULIN a répondu avec... #

    Bonjour,

    Nous venons d’emménager dans une Maison datant de 1904 Dans l’Essonne.
    Nous avons un ensemble de portes Fenetres composés de vitraux signé R.LARDEUR.
    Nous souhaiterions rentrer en contact avec la Famille vivant en Australie Ou en France afin de leur permettre de compléter le répertoire des œuvres de leur parent décédé.
    Avec nos remerciements
    Bien cordialement
    S Blanc

    • Le 7 juin 2019 à 9 h 57 min Le Lensois Normand a répondu avec... #

      Bonjour,
      Votre message a été transmis aux descendantes de Rapahël Lardeur. Elles vous contacteront directement. Cordialement

      Dernière publication sur Le lensois normand : C'est fini (pour le tome 1)

Ajouter votre réponse à Le Lensois Normand

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe