Archive | novembre 2016

Les orgues de l’église Saint Léger

   A la fin du 19ème siècle, la maison des frères Eugène et Édouard Stoltz de Paris construisit un orgue pour l’élise Saint Léger. La maison des frères Stoltz possédait une réputation internationale et a livré des orgues en Espagne, au Royaume-Uni et même à Cuba, au Pérou ou en Syrie. Après le décès d’Édouard en 1897, son frère a continué l’activité de la maison jusqu’en 1910.

orgues01

   L’orgue se trouvait dans la tribune au dessus du porche de l’entrée de l’église. Le buffet qui l’abritait était de style Louis XV. Il comportait à de part et d’autre deux parties rondes supportées par des consoles sculptées et surmontées d’un ange haut de 1,25 m. La partie centrale était terminée par une coupole surmontée d’un ange de 2m de haut, sonnant de la trompette.

orgues10

   Comme toute l’église, l’orgue ne fut plus que ruines à la fin de la Première Guerre Mondiale.

orgues02

  A la fin du conflit, il fallu d’abord savoir si l’église serait reconstruite. Une bonne partie des élus du conseil municipal y étaient opposés. Le 17 juin 1921, le pouvoir de persuasion d’Emile Basly (pourtant très anticlérical) fait que le Conseil Municipal vote à une très faible majorité une résolution permettant de lancer le dossier.

   Le 24 mai 1926, Eugène Julien, l’évêque d’Arras procédait à l’inauguration de la nouvelle église Saint Léger. En avril 1930, l’église inaugure son nouvel orgue à transmission pneumatique. Il a été construit par le facteur d’orgue Eloy Coupleux de Lille et financé par les fonds reçus pour les dommages de guerre.

orgues03

   Au lendemain de la Grande Guerre, l’usine des frères Coupleux produit à Tourcoing des orgues à tuyaux destinés aux paroisses reconstruisant leurs églises. De l’association d’Eloy Coupleux avec Armand Givelet naîtra le premier orgue électronique de l’histoire.

   Mais l’orgue de l’église de Lens à transmission pneumatique n’est pas d’excellente qualité. Il donna très vite des signes de fatigue et dut être remplacé après la seconde guerre mondiale.

  Le nouvel orgue installé en 1948 par la manufacture des Grandes Orgues Ruche-Guironnet de Lyon fut reconstruit totalement mais en récupérant les tuyaux de bois provenant du précédent. Bien que la console fût impressionnante avec ses 56 registres (ensemble des jeux que choisit l’organiste en fonction du morceau qu’il veut interpréter), l’instrument ne comportait que peu de jeux réels pour les basses et des tuyaux de façade restaient muets. Au début des années 1980, la transmission électropneumatique tomba en panne et l’instrument ne put émettre le moindre son.

orgues04

   En 1984, « l’association pour le développement, la promotion et la rénovation de l’orgue de Lens » fut crée pour acheter un nouvel instrument. Elle comptait 150 membres et organisait des concerts, des expos, des excursions afin de trouver des fonds. M. Christian Daubresse, adjoint à la Culture à la mairie de Lens, accepta d’aider l’association à hauteur de 150 000 francs à condition de pouvoir utiliser également l’orgue à l’occasion de concerts présentés par la municipalité. C’est le projet de Michel Garnier, facteur d’orgue à Lumbres qui fut accepté après une étude approfondie qui a tenu compte de l’acoustique de l’église. La position dans la tribune ne donnant pas satisfaction, le nouvel orgue fut installé dans le chœur.

orgues05

  Pourtant, lorsqu’on lève le nez vers la tribune, on y aperçoit des tuyaux qui laissent croire qu’il y a un second orgue dans l’église. En réalité, les tuyaux de la tribune sont faux et uniquement décoratifs.

orgues08

   Après 18 mois de travaux et d’installation, le dimanche 23 octobre 1988, l’orgue est inauguré à l’occasion d’un concert d’André Isoir.

orgues06

   D’autres concerts prestigieux suivirent jusqu’à ce que, petit à petit, faute d’entretien, la santé de l’orgue décline : fuites d’air, impossibilité d’utiliser certains jeux, soucis mécaniques comme les pédales qui restent coincées, bruits divers masquant parfois la musique…

  En 2015, l’attention attirée par « l’association Renaissance de l’Orgue de l’église Saint Léger de Lens » présidée pat M. Sébastien Noël, la municipalité, avec l’aide du Département du Pas-de-Calais, finance une partie des 102 679 euros nécessaires à la remise en état de l’instrument et fait appel à la Fondation du Patrimoine afin de lancer une campagne de soutien. La ville conclu un marché avec Quentin Requier, facteur d’orgue à Longuenesse près de Saint-Omer, pour effectuer des travaux de remise en état.

orgues09

   Le démontage de l’orgue débute le 1er octobre 2015 et un an jour pour jour plus tard, le nouvel instrument est inauguré lors d’un concert assuré par Olivier Latry, organiste à Notre-Dame de Paris originaire de Boulogne-sur-Mer avec un programme spécialement conçu pour exploiter les ressources exceptionnelles de ce patrimoine lensois.

orgues07

   Outre son utilisation religieuse, l’orgue sera utilisé dans le cadre de la saison culturelle de la ville. Des concerts sont déjà programmés pour la fin de cette année. L’orgue sera également utilisé à des fins pédagogiques pour les enfants de l’école de musique municipale.

 

1 Commentaire

La véritable origine du nom de Taradéruze

KODAK Digital Still Camera

   J’avais lu dans un article de presse des années 70 que le nom de Taradéruze donné au géant de Lens provenait d’une histoire selon laquelle, sa tante Sophie Bouboute l’aurait ainsi prévenu lorsqu’il lui a fait part de son intention de prendre épouse : « Si té fais cha, tchiot, t’aras des ruzes » (Si tu fais ça, mon petit, tu auras des malheurs).

  Un autre article parlait d’un roman introuvable de nos jours faisant état d’un mineur qui voulait appeler son fils Taradéruze car il avait lui-même eu des malheurs dans sa vie et qu’il voulait ainsi prévenir son fils des risques à venir.

  Hé bien, ce roman introuvable, je l’ai entre les mains grâce à mon ami Richard Pisula, un lensois ‘pur souche’ lui aussi exilé. Ce livre s’intitule ‘Pays Noir’, a été écrit par Jean Pierre Barrou aux éditions de la Lys de Vendin-le-Vieil en 1942. Il raconte la vie des mineurs et de leurs familles dans la première moitié du 20ème siècle dans la région lensoise.

taraderuzenom3

   L’un des personnages se nomme Isidore Pochet. Trente ans, fils et petit fils de mineur, Isidore, surnommé par tous « Zidore » est l’époux de Sophie Floquet, également fille de mineur. D’un surnom issu de ses grands parents, cette dame est appelée par tous dans le coron « Sophie Bouboute ». La voici donc notre Sophie Bouboute de la légende !!!

  Zidore aimait les bistouilles, les pintes et le canons de rouge. Sophie allait souvent le rechercher à l’estaminet pour le ramener en le tirant par l’oreille ! Cela n’empêcha pas Sophie de se retrouver enceinte.

taraderuzenom5

  Zidore, en annonçant la nouvelle aux copains du café ajouta « Je l’appellerai Taradéruze ». Devant l’étonnement de ses partenaires de boisson, il répondit : « Je n’d’ai eu, mi, des ruzes d’pis que j’sus au monte. I n’d’ara aussi. Autant que je l’prévienne tout d’suite ! » (J’en ai eu, moi, des problèmes depuis que je suis venu au monde. Il en aura aussi. Autant que je le prévienne tout de suite).

taraderuzenom2

  Sauf que Sophie Bouboute et sa mère Julie, la femme la plus haïe au monde par Zidore, en avaient décidé autrement et que pour elles le gamin ne pourrait porter que le prénom de son grand père maternel : Fernand.

   Quelques pages plus tard, l’enfant est né. Zidore se rend à la mairie en compagnie de son copain de chopine Marius non sans faire de nombreuses escales alcoolisées. A l’employé de mairie qui lui demande le prénom choisi, il répond sans hésiter « Taradéruze ». Le fonctionnaire, affirmant que ce prénom n’étant pas dans la liste des patronymes autorisés, demande à Zidore si son épouse n’en a pas choisi un autre. Zidore rétorque « Si, mais j’m’in rappelle pus ! ».

  C’est alors qu’intervient Marius qui propose d’appeler l’enfant comme lui. Ce fut donc « Marius Pochet » qui figura sur le registre des naissances.

taraderuzenom

  Apprenant cela lors du retour de son époux bien éméché, Sophie Bouboute se mit dans une colère monstre. Ce fut finalement la belle-mère qui trouva la solution : puisqu’aucun des deux parents ne voulaient prénommer leur fils Marius, Sophie Bouboute l’appellera toujours Fernand et Zidore «Taradéruze».

   Voici donc la véritable origine du nom de notre géant lensois. Certainement que l’un des membres du Comité du Centre-ville connaissait ce roman pour en 1956 proposer pour lui le nom devenu aujourd’hui célèbre de TARADERUZE.

taraderuzenom11

1 Commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe