Archive | Guerre 39-45 Flux RSS de cette section

Le cinéma Majestic de Lens

titre

   Après les destructions de la première guerre mondiale, Lens se reconstruit petit à petit. La priorité est d’abord donnée aux logements, aux administrations et aux commerces, ce n’est qu’après que l’on pense aux loisirs. En 1921, au numéro 39 de la rue de la Gare, près de l’hôtel de Flandres se construit l’édifice qui abritera le cinéma Majestic.

majestic hier

   Lors de la fête de l’inauguration, c’est la célèbre Damia, celle qu’on appelait la tragédienne lyrique et qui sera la Marseillaise dans le Napoléon d’Abel Gance en 1927, qui assure le spectacle après une première partie composée d’attractions originales de comiques, de magiciens et d’acrobates.

damia

   Construit face à l’emplacement d’un autre cinéma d’avant la première guerre tenu par M. Huberty-Favier, l’architecture art-déco de l’édifice est remarquable.

premier cinema 

   La salle est également magnifique et rappelle celles des plus beaux théâtre de Paris. Elle peut accueillir 850 personnes au parterre et 300 au balcon. La façade est rehaussée quelques années plus tard pour en faire l’une des plus belles architectures de Lens. L’établissement est tenu par M. Distinguin qui a tenu à composer son personnel de mutilés et de veuves de guerre.

transformation

  En 1923, Eugène Godart est le directeur du Majestic et le gérant est Gustave Baeldé avant que Jean Sigrant ne prenne la direction du cinéma en 1926. Les premiers films projetés par le Majestic sont muets. L’orchestre est dirigé par M. Charrier qui sera remplacé l’année suivante par Octave Aubry, premier prix du conservatoire de Lille en 1902.

programme 1926

   Le Majestic ne propose pas que des séances de cinéma mais aussi des opéras, des opérettes ou des pièces de théâtre. En 1924, les séances sont composées ainsi : une introduction musicale par l’orchestre suivie d’un film d’actualités, d’un court métrage (souvent de Charlie Chaplin) et d’un épisode du feuilleton du moment. Après l’entracte, l’orchestre accompagne un numéro de music-hall suivi du grand film du jour avant de conclure le spectacle par une dernière interprétation musicale. Quelques années plus tard, les séances sont composées d’un court-métrage suivi de numéros de music-hall et du grand film après l’entracte que les spectateurs sont invités à passer au bar du cinéma pour y déguster une bière du Loup d’Alsace.

bar

   En 1928 , le Majestic offre 5 séances par week-end dont deux en matinée le dimanche à 14h30 et 17h00.

   Six autres salles de cinéma apparaissent à Lens entre 1925 et 1930 : le Casino rue de Paris qui appartient aussi à la Société Lensoise de spectacles dirigée par M. Bœuf, le cinéma de la Maison Syndicale (qui deviendra le Cantin), l’Eden-Cinéma, l’Eldorado, le cinéma Buffe et le Lensiana.

casino rue paris

Cantin

   En 1930, de nouveaux sièges sont posés dans la salle. Il sont fabriqués par les Etablissements Rompais Frères à Harnes qui fournira également une autre société cinématographique lensoise, les cinémas Bertrand qui, rapidement concurrencera le Majestic.

sieges rompais

   En août 1931, Joseph Bertrand annonce la construction d’une salle face à la gare de Lens. L’année suivante, il inaugure l’Apollo, une des plus grandes salles de France. La société Bertrand rachète alors le Majestic et le Casino.

appolo

  Lors des bombardements de la deuxième guerre mondiale, la rue de la Gare, comme d’autres quartiers de Lens, est très abîmée.

ruegare en 44

  Le Majestic est totalement détruit et ne sera pas reconstruit après la guerre. Aujourd’hui, à son emplacement se trouve un immeuble comprenant des commerces en rez-de-chaussée. Son architecture cubique semble bien terne par rapport au bel édifice que fut le Majestic.

majestic aujourd'hui

3 commentaires

Pourquoi la rue de Lille est devenue rue René Lanoy ?

    Aujourd’hui, si on demandait à un jeune lensois à quoi correspond le nom de René Lanoy. la réponse serait certainement : ‘’C’est une rue qui va de la place Jean Jaurès à celle du Cantin’’. Cependant, pour les plus anciens, elle est et sera toujours appelée ‘rue de Lille’.

lanoy04

   Pourtant, elle est dénommée officiellement ‘Rue René Lanoy’ depuis le 14 septembre 1947 suite à une délibération du Conseil Municipal dirigé par le maire communiste de Lens Auguste Lecœur assisté de son adjoint Roger Pennequin tous deux eux-mêmes anciens Résistants.

lanoy05

lanoy06

    A l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la libération de Lens le 2 septembre 1944, il est important de rappeler quel grand Résistant fut René Lannoy.

lanoy02

    Né le 11 septembre 1910 à Bruille-lez-Marchiennes, petit village au nord d’Aniche, René Lanoy est professeur de sciences-naturelles à l’école normale de Douai à la déclaration de la guerre. Communiste de toujours, il entre dans la Résistance dès 1940.

    En mai 1941, il créée le comité clandestin de libération du Pas-de-Calais et devient responsable du réseau Front national dans le Douaisis et le Cambresis. Ce Front National, qui n’a rien à voir avec le parti politique qui aujourd’hui porte le même nom, est créé par le parti communiste et regroupe au sein de la Résistance les patriotes français quelques soient leurs opinions.

   En août 1943, René Lanoy devient responsable de la direction départementale du Pas-de-Calais, fonction qu’il exercera jusqu’à la libération sous le pseudonyme de «Gilbert». Il assure la diffusion du journal clandestin Le patriote du Pas-de-Calais. Il est décédé accidentellement alors qu’il se rendait à un congrès du Front National du Pas-de-Calais qui se tenait à Arras.

lanoy07

   Son épouse Suzanne née Blin que René avait épousée en novembre 1940 était professeur d’histoire au collège des filles à Douai. Egalement engagée dans la Résistance en 1940, elle était chargée de la rédaction des publications clandestines. En octobre 1942, elle est arrêtée par la police française, mais est relâchée.

   Le 2 mars 1944, elle est de nouveau arrêtée par la gestapo qui perquisitionne à son domicile et retrouve des documents en lien avec la résistance.

   Torturée pendant plusieurs jours au siège de la Gestapo à Douai, elle meurt le soir du 6 mars 1944, sans avoir livré de noms de résistant du Front National. Elle avait 31 ans et un enfant de 16 mois.

lanoy03

7 commentaires

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe