Archive | Les hommes Flux RSS de cette section

L’histoire de Césarine … et de son pont

   Cet article n’aurait pu être complet sans l’aide précieuse du personnel du service des archives de la ville de Lens. Un grand merci à toute l’équipe.

   Tous ceux qui s’intéressent aujourd’hui à l’histoire de Lens savent que le pont Césarine doit son nom à la tenancière d’un estaminet qui se trouvait aux environs de cet emplacement avant la première guerre mondiale.

cesarine001

   Mais qui était donc cette fameuse Césarine ?

   La famille Hennebois, du nom de naissance de Césarine, est une vieille famille artésienne implantée depuis plusieurs siècles surtout à Montigny-en-Gohelle et à Lens.

   Vers 1840, le grand-père paternel de Césarine, Jean François, est cabaretier dans le faubourg de Douai (rue de Varsovie aujourd’hui). Il a deux fils : César, horloger et Armand, le père de Césarine qui est alors boulanger.

    Armand part en Belgique, à Antoing, une petite cité francophone de la province belge du Hainaut sur les rives de l’Escaut où il se forme au métier d’horloger. Il revient à Lens et installe son commerce dans la rue du Chapitre (emplacement actuel de l’Avenue Van Pelt). Son épouse, née Louise Couvreur, s’occupe de leurs 15 enfants. Césarine Sophie Hennebois est la seconde de la fratrie. Elle est née le 18 septembre 1843 à 23h30.

cesarine0022

  Son dernier frère, Jean Baptiste a à peine deux ans lorsque le 30 avril 1867, Césarine épouse Louis Flament, un mineur lensois dont le père Joseph est cultivateur dans le Petit Faubourg (que l’on pourrait situer aujourd’hui vers la rue Decrombecque). Les parents des époux se connaissent depuis longtemps : le père de Césarine a été cité comme témoin lors de la déclaration de naissance de Louis. Les jeunes mariés habitent dans la rue de la Gare. C’est là que l’on trouve les premières traces du métier de cabaretière de Césarine.

cesarine003

    C’est chez ses parents qui entre temps ont déménagé vers la rue de Liévin (rue Romuald Pruvost de nos jours) qu’elle accouche le 22 juin 1868 d’une première fille Rose. Trois ans plus tard naîtra Marie Louise. En 1876, on retrouve la famille dans la rue de la Paix où Césarine et son époux tiennent un estaminet qui fait également pension.

cesarine004

   Le 29 janvier 1885, Louis Flament décède. Césarine habite alors avec ses deux filles dans la rue de Bataille (aujourd’hui Avenue Alfred Maës), où elle tient le fameux estaminet qui forgera sa réputation. En 1889, Césarine épouse en secondes noces Jules Deleury, un chaudronnier. Cinq ans plus tard, le 8 mai 1890, sa fille Rose épouse à Lens Henri Gérard et le 8 avril 1893, sa seconde fille épouse Louis Duflot, ajusteur aux chemins de fer du Nord et fils de cultivateurs habitant Écaillon près de Douai.

  Fait courant à l’époque, les parents du marié et un oncle de Marie Louise cité comme témoin, ayant déclaré ne savoir ni lire ni écrire, n’ont pas paraphé l’acte de mariage.

  A l’époque, la configuration des artères n’est pas celle d’aujourd’hui. La route d’Arras est dans le prolongement de la rue Bollaert. Un pont qui ne s’appelait bien sûr pas encore Césarine mais « pont des Chemins de fer du nord » existe dans la rue de la Bataille depuis la mise en service de la ligne Lens-Hazebrouck par la compagnie ferroviaire en 1860.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

  C’est tout près de là que se trouvait l’estaminet de notre Césarine avant la première guerre mondiale.

cesarine007

 La popularité de Césarine arrive un peu plus tard lorsqu’est mis en service le Tortillard Lens-Frévent. A partir du mois d’octobre 1895, chaque jour, des mineurs et d’autres clients viennent patienter dans son estaminet appelé « L’arrêt du tramway » en guettant le passage du petit train.

cesarine006

 L’attente est parfois un peu longue car il faut dire que ce Tortillard ne respecte pas souvent ses horaires.

cesarine008

   Césarine tiendra son commerce bien au delà le décès de son second mari survenu le 16 décembre 1904. Le 4 octobre 1914, les troupes allemandes envahissent Lens. Le Tortillard cesse de fonctionner le même jour. Césarine n’aura plus jamais l’occasion de le regarder passer.

   On peut imaginer que c’est à ce moment qu’elle part en exode comme de nombreux lensois. On la retrouve à Lillers où elle se réfugie.

   Le 21 mars 1915, des aviateurs allemands lancent des bombes sur Lillers; sept personnes civiles, dont trois femmes, sont tuées. Ce sera le dernier acte de guerre vu par Césarine. Elle décède quelques jours plus tard, le dimanche 28 mars à l’âge de 62 ans.

cesarine022

   Dans son journal paru aux éditions Gauheria sous le titre « Dans la fournaise de Lens », le notaire Léon Tacquet rapporte à la journée du 24 septembre 1916 : « Une bombe est tombée hier, au pont du Chemin de Fer du Nord, en face de chez Drony, chez Césarine ». Savait-il qu’au moment où il écrit ces lignes Césarine n’était plus de ce monde ? Léon Tacquet connaissait Césarine pour avoir reçu et validé le contrat de mariage de sa fille Marie Louise en 1893.

   Le 21 octobre 1921, la ville de Lens concède à son gendre Louis Duflot, époux de Marie Louise, un espace dans le cimetière-est, route de Douai. Le corps de Césarine est rapatrié dans sa ville natale pour y être inhumé. Elle repose en compagnie de Louis Robert Duflot, son petit fils décédé à 17 ans quelques jours seulement après l’armistice, le 17 novembre 1918 à Bully-les-Mines où ses parents s’étaient réfugiés.

cesarine021

   Dès 1919, la voie ferrée vers Hazebrouck est rétablie par le Cinquième Génie et le pont est reconstruit au dessus des ruines encore fumantes. Il est plus large que le précédent afin de pouvoir supporter une partie des voies du triage.

cesarine009

   Quand ce pont a-t-il pris le nom de Césarine ? On ne le sait pas. Dans certains documents, il est nommé « pont de la Bataille » comme le nom de la rue dans laquelle il se trouvait avant la guerre. Mais pour les lensois, il est et sera toujours le « Pont Césarine ». La première fois que l’on trouve ce nom dans les délibérations du conseil municipal de Lens date du 3 décembre 1920 lorsqu’est évoqué la mise en service d’un éclairage sous le pont.

cesarine010

   Au début des années 1920, un spectaculaire accident attire de nombreux curieux. Un déraillement provoque la chute d’une locomotive sur la route alors que son tender, arraché par l’accident, reste en suspension accroché au pont. L’histoire ne nous dit pas s’il y a eu des victimes.

cesarine011

   Quelques années plus tard, un pont en béton est construit par les Mines de Lens près du pont Césarine. Il permet de relier par des voies ferrées les fosses 1 et 9 au triage de la gare de Lens.

cesarine013

cesarine014cesarine015

   Il sera détruit en juillet 1992 après la fin de l’exploitation charbonnière pour laisser place au pont tel que nous le connaissons aujourd’hui.

cesarine023

cesarine016

   Jusque dans les années 60/70, l’emplacement de l’estaminet de Césarine abritera pendant de longues années un café que les habitants préféreront toujours appeler le café du pont Césarine. Aujourd’hui, les locaux sont occupés par une agence immobilière.

cesarine017

   Sur le mur de soutien du pont du côté du jardin public que l’on appelle aujourd’hui le square Chochoy, une plaque rappelle que c’est ici, au pont Césarine que le 11 avril 1942, trois mineurs résistants ont attaqué un poste de garde allemand et tué une sentinelle.

cesarine018

 Bientôt ouvrira à quelques centaines de mètres du pont Césarine un autre ouvrage, le pont Tasette qui offrira une alternative à la circulation routière. Mais jamais il ne pourra faire oublier aux lensois l’extraordinaire histoire de ….

cesarine019

 souslepont

1 Commentaire

Il y a 100 ans à Lens, le 11 janvier 1917

(D’après le journal de Léon Tacquet « Dans la fournaise de Lens » paru dans le dossier de Gauheria n°7 en 2004).

   Revenons à Lens il y a 100 ans aujourd’hui, le 11 janvier 1917.

   Depuis 2 ans et 3 mois, Lens est occupé par les troupes allemandes. L’année 1917 sera-t-elle celle de la libération ? Les lensois en doutent : depuis 3 ans, la situation est figée. Malgré quelques offensives, les troupes allemandes ne se replient pas.

1917 01

   La population souffre des restrictions. Hier, le comité américain a remis des vivres aux habitants : 125 grammes de beurre (qui ressemble plus à de la graisse), 1 œuf pour 4 personnes, du pain de seigle et de froment. Les lensois fabriquent leur « pâté de guerre » : une mixture de riz, d’oignons, de thym et de saindoux !

   Chaque jour voit s’abattre sur la ville ces instruments de mort. La semaine dernière, 17 obus sont tombés dans le cimetière. Les monuments sont éventrés, les croix arrachées, des cercueils surnagent dans les caveaux inondés.

1917 03

   Le canal tout proche est obstrué de débris et encombré de carcasses de péniches abandonnées en toute hâte par les mariniers.

1917 08

  Lens est une ville fermée interdite aux étrangers, une ville de garnison. Les allemands ont reçu la semaine dernière des renforts venus de l’arrière. Pour les loger, ils ont réquisitionné des chambres chez l’habitant.

1917 04

  Le temps est gris, il fait froid, la température est tombée jusque moins 14°. Il ne se passe pas un jour sans qu’on entende le canon. Pourtant, en ce 11 janvier 1917, la ville semble calme, trop calme …. Pas un obus, pas un tir d’artillerie depuis deux jours. Vers 5 heures du soir, alors que la nuit tombe, des soldats allemands se regroupent et semblent vouloir se rendre sur le front.

1917 13

   Tout à coup, une avalanche d’obus ! Il en tombe en cascade jusque minuit. Les lensois sont terrés chez eux, ou dans ce qu’il reste du « chez eux », sans électricité, sans chauffage. Le peu de charbon qui restait dans les caves a été réquisitionné par les allemands, cette cave : le meilleur refuge.

  C’est le bombardement le plus puissant depuis le début de la guerre. Il tombera plus de 100 obus sur la ville. Par miracle, il n’y aura pas de victimes civiles. Chez les militaires allemands, on ne sait pas ! Les occupants ne communiquent jamais ce genre d’information.

1917 05

  Les troupes anglaises tirent de Calonne. Ils utilisent des obus à balles, des « shrapnel », qui en explosant envoient une multitude de projectiles sur l’objectif. De Loos, arrivent des obus énormes dont un seul peut écraser une maison entière. Il en tombe principalement entre le boulevard des Ecoles (boulevard Basly) et la mairie. Les grandes écoles ne sont plus que ruines.

1917 02

  Les obus atteignent l’église Saint Léger déjà bien mal en point et font s’écrouler un peu plus les pierres des murs. Rue du Wetz, il ne reste plus une maison debout. Rue de la Fonderie, il ne reste rien non plus du château Spriet.

1917 06

   Pas très loin, la gare n’est plus qu’un squelette de pierre et de bois.

1917 07

  Rue Diderot, les maisons voisines de celle d’Elie Reumaux ont reçu des « shrapnel » qui ont traversé les habitations du grenier au sous-sol, brisant tout sur leur passage. A l’hospice, cinq gros obus sont tombés sur les chambres quelques instants seulement après que les religieuses n’aient eu le temps de descendre les malades dans les caves. La moitié de l’hôpital est détruite. Un autre obus est tombé sur l’école privée de la rue de l’hospice éventrant toute le bâtiment et le réduisant à un tas de ruines.

1917 09

   La maison d’Ernest Cuvelette, rue de Douai (rue de Varsovie aujourd’hui) a également reçu un obus qui a laissé devant la porte un trou de 4,50 m de diamètre et de 3,5 mètres de profondeur. Les maisons voisines n’ont plus ni portes, ni fenêtres, ni toiture … Les rues du Chapitre (avenue Van Pelt) et Froissard sont jonchées de pierres, de bois, de débris provenant de ce qu’étaient encore hier des maisons. Le lendemain matin, des cris attirent les hommes qui déblaient : ils proviennent d’une dame réfugiée dans une cave qu’il faut extraire des décombres.

1917 10

  Les lensois nettoient, ramassent, réparent ce qui peut encore l’être, sauvent l’indispensable mais personne ne se plaint. Malgré leurs malheurs, ils applaudissent aux effets des bombardements, même s’ils en sont les victimes. Pour eux, ces obus qu’ils prennent sur la tête, qui détruisent leurs maisons, qui tuent leurs enfants sont signes d’une offensive donc d’un espoir prochain de libération.

1917 11

   Le lendemain, un communiqué anglais annoncera : « les positions allemandes ont été bombardées avec efficacité au nord-ouest de Lens ».

   A 5 heures, il n’y a plus âme qui vive dans les rues, le couvre-feu oblige les lensois à de nouveau se terrer pour la nuit. On apprend que les habitants de Liévin vont être évacués. Qu’en sera-t-il des lensois ?

  Il faudra encore subir les affres de la guerre pendant 3 mois avant que la ville de Lens ne soit à son tour vidée de ses habitants.

1917 12

6 commentaires

Allez, on y retourne à Grossouvre ?

   Pour beaucoup de lensois, les colonies de vacances de Grossouvre créées par le Docteur Schaffner en 1949 sont restées ancrées dans les mémoires tant ils y ont passé d’excellents moments. Pour les enfants des corons que nous étions, 3 semaines dans ce ‘village Berrichon, entre Nevers et Bourges et pas loin de Vierzon’ (comme disait la chanson qui servait d’hymne à la colo) étaient synonymes de joies, d’air pur mais aussi de vie en société. Dès 6 ans, on mangeait ensemble, on jouait ensemble, on se lavait ensemble, on dormait ensemble, on nageait ensemble, on chantait ensemble … On apprenait à respecter l’autre.

   Voici quelques photos envoyées par les lecteurs du blog. Toutes n’y sont pas …. Il faudra pour voir l’ensemble attendre l’organisation d’une exposition sur la colonie à Lens. Espérons que ce soit pour bientôt.

   Merci à tous ceux qui m’ont fait parvenir ces documents, notamment MM. Jean Pierre Lemaire, ancien directeur, Maurice Devos, Roland Duhoux, Yves Pot, Wladyslas Motyl, Fabrice Mrugala et Mmes Anne Petit et Martine Meunier.

  Si vous aussi possédez des photos ou documents sur cette colonie de la ville de Lens, vous pouvez me contacter à cette adresse : lensois.normand@sfr.fr

  Volontairement, je n’accompagne pas ces images de commentaires. Elles ne sont pas non plus classées par date. A vous de retrouver l’année et peut-être vous remémorer quelques visages.

1949 roland1950 21949 Yves Pot19501957 Yves Pot1960 Yves Pot

1957 yves pot

1962Colons 1Colons 7Fabrice Mrugala1956-07 - Danielle Derwey (croix bleue) à Grossouvreyves pot

1980 11980 2train anne petit68 (1)68 (10)

groupejeu

0 Commentaires

La véritable origine du nom de Taradéruze

KODAK Digital Still Camera

   J’avais lu dans un article de presse des années 70 que le nom de Taradéruze donné au géant de Lens provenait d’une histoire selon laquelle, sa tante Sophie Bouboute l’aurait ainsi prévenu lorsqu’il lui a fait part de son intention de prendre épouse : « Si té fais cha, tchiot, t’aras des ruzes » (Si tu fais ça, mon petit, tu auras des malheurs).

  Un autre article parlait d’un roman introuvable de nos jours faisant état d’un mineur qui voulait appeler son fils Taradéruze car il avait lui-même eu des malheurs dans sa vie et qu’il voulait ainsi prévenir son fils des risques à venir.

  Hé bien, ce roman introuvable, je l’ai entre les mains grâce à mon ami Richard Pisula, un lensois ‘pur souche’ lui aussi exilé. Ce livre s’intitule ‘Pays Noir’, a été écrit par Jean Pierre Barrou aux éditions de la Lys de Vendin-le-Vieil en 1942. Il raconte la vie des mineurs et de leurs familles dans la première moitié du 20ème siècle dans la région lensoise.

taraderuzenom3

   L’un des personnages se nomme Isidore Pochet. Trente ans, fils et petit fils de mineur, Isidore, surnommé par tous « Zidore » est l’époux de Sophie Floquet, également fille de mineur. D’un surnom issu de ses grands parents, cette dame est appelée par tous dans le coron « Sophie Bouboute ». La voici donc notre Sophie Bouboute de la légende !!!

  Zidore aimait les bistouilles, les pintes et le canons de rouge. Sophie allait souvent le rechercher à l’estaminet pour le ramener en le tirant par l’oreille ! Cela n’empêcha pas Sophie de se retrouver enceinte.

taraderuzenom5

  Zidore, en annonçant la nouvelle aux copains du café ajouta « Je l’appellerai Taradéruze ». Devant l’étonnement de ses partenaires de boisson, il répondit : « Je n’d’ai eu, mi, des ruzes d’pis que j’sus au monte. I n’d’ara aussi. Autant que je l’prévienne tout d’suite ! » (J’en ai eu, moi, des problèmes depuis que je suis venu au monde. Il en aura aussi. Autant que je le prévienne tout de suite).

taraderuzenom2

  Sauf que Sophie Bouboute et sa mère Julie, la femme la plus haïe au monde par Zidore, en avaient décidé autrement et que pour elles le gamin ne pourrait porter que le prénom de son grand père maternel : Fernand.

   Quelques pages plus tard, l’enfant est né. Zidore se rend à la mairie en compagnie de son copain de chopine Marius non sans faire de nombreuses escales alcoolisées. A l’employé de mairie qui lui demande le prénom choisi, il répond sans hésiter « Taradéruze ». Le fonctionnaire, affirmant que ce prénom n’étant pas dans la liste des patronymes autorisés, demande à Zidore si son épouse n’en a pas choisi un autre. Zidore rétorque « Si, mais j’m’in rappelle pus ! ».

  C’est alors qu’intervient Marius qui propose d’appeler l’enfant comme lui. Ce fut donc « Marius Pochet » qui figura sur le registre des naissances.

taraderuzenom

  Apprenant cela lors du retour de son époux bien éméché, Sophie Bouboute se mit dans une colère monstre. Ce fut finalement la belle-mère qui trouva la solution : puisqu’aucun des deux parents ne voulaient prénommer leur fils Marius, Sophie Bouboute l’appellera toujours Fernand et Zidore «Taradéruze».

   Voici donc la véritable origine du nom de notre géant lensois. Certainement que l’un des membres du Comité du Centre-ville connaissait ce roman pour en 1956 proposer pour lui le nom devenu aujourd’hui célèbre de TARADERUZE.

taraderuzenom11

1 Commentaire

Les sapeurs-pompiers de Lens en 1985

   En 1985, le corps des Sapeurs-Pompiers de Lens parcoure la ville pour quelques exercices qui servent également de démonstrations à la population.

   Avant tout, une revue d’effectif dans la cour de la caserne de l’avenue Raoul Briquet.

1985 00

   Puis, avant le départ, une dernière inspection du matériel de secours.

1985 01

   Avant le départ en cortège dans les rues de Lens.

1985 02

   Arrivé sur la place Jean Jaurès, face à l’hôtel de ville, les véhicules sont présentés aux lensois.

1985 03

   De nouveaux engins équipent la caserne de Lens

1985 05

  Déploiement du matériel sous les yeux de lensois intéressés.

1985 04

   La grande échelle impressionne toujours les curieux

1985 2images

  Une simulation de secours aux personnes blessées

1985 14

   Fin du premier exercice. On replie le matériel

1985 08

  Avant une nouvelle démonstration sur le boulevard Basly, aux magasin des Nouvelles Galeries.

1985 09

   Pour cette fois, un exercice incendie

1985 10

  Ces manœuvres seront suivies d’autres exercices au garage Lallain du carrefour Bollaert.

1985 11

   D’autres entraînements auront également lieu en cas d’accident sur les voies ferrées de la gare de Lens ….

1985 12

  … ou sur la rocade où sera simulé un accident de circulation avec incendie d’un des véhicules

1985 13

4 commentaires

Bernard Ghienne n’est plus

   La date du vendredi 30 septembre 2016 restera dans toutes les mémoires des amoureux de l’histoire de Lens et de la Gohelle. Ce jour là, celui qui est le plus passionné de tous, Bernard Ghienne, victime d’un accident cérébrale, nous quitte pour toujours à l’âge de 69 ans.

   L’un des créateurs de l’association Gauheria et de sa revue trimestrielle, Bernard Ghienne était féru d’archéologie. En 1984, il était également à l’origine de la création du CARL (Cercle archéologique de la région de Lens).

Bernard_ghienne_1984 2

En 1984, le fondateur de Gauheria offre à la municipalité une maquette de Lens au 13ème siècle

   Bernard a aussi laissé d’excellents souvenirs à ses anciens élèves du lycée Saint Paul de Lens et à ses amis adhérents de la CFDT dont il était l’un de représentants. Il a aussi été fait citoyen d’honneur de la ville de Lens.

   J’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois Bernard Ghienne. Dès notre première rencontre, nous sommes devenus amis, l’amour de l’histoire locale nous réunissait. Lui pour Gauheria, moi pour le blog, nous échangions régulièrement des informations, des documents ou le résultat de nos recherches sur le passé de Lens et de sa région.

  Concluons par le titre de la Voix du Nord du samedi 1er octobre : « Bernard Ghienne s’est éteint, laissant les passionnés d’histoire locale orphelins ».

ghiennebernard

1 Commentaire

Hommage au Docteur Ernest Schaffner

   Le vendredi 23 septembre 1966, il y juste 50 ans décédait le Docteur Ernest Schaffner, député-maire de Lens mais surtout LE médecin des mineurs.

hom04

   La vie du Docteur Schaffner est relatée sur une autre page du bloc que vous pouvez retrouver en suivent ce lien.

   Dimanche dernier, dans la cour du Centre Hospitalier de Lens avait lieu une cérémonie en hommage à cet homme qui marqua à jamais l’histoire de Lens et de la corporation minière.

hom01

hom02

Les enfants du Docteur Schaffner et leurs conjoints.

hom03

3 commentaires

Le retour de Rosalie Tata et de Taraderuze

   La journée du samedi 10 septembre restera en mémoire dans les têtes des lensois. Ce jour là, ils étaient nombreux à assister à la résurrection et au baptême des géants lensois Taraderuze et Rosalie Tata.

BA01

   Nés une première fois en 1956, disparus des fêtes de Lens à la fin des années 60 puis détruits dans l’incendie du garage communal dans lequel ils étaient remisés, nos deux géants, accompagnés d’un troisième, Ch’Guss Trefil ont longtemps manqués aux animations de la ville.

BA02

  Il y a quelque temps, une association se créer avec pour but de recréer ces personnages et de relancer la tradition des fêtes de Lens dans le style des années 50/60. Claude Gillot et son fidèle lieutenant Arnaud Desmaretz se lancent dans l’aventure. Tout ne fut pas facile mais avec abnégation, ils trouvent les moyens financiers nécessaires à la réalisation de leur projet.

BA03

  Aidés par quelques amis, ils font reconstruire Taraderuze et Rosalie Tata par Dorian Demarcq, l’artisan créateur de géants. Les finances ne permettent pas la reconstruction de Ch’Guss Tréfil dans un premier temps mais ce n’est que partie remise.

BA04

   Bien sur, le retour des géants de Lens ne peut s’accompagner que d’une grande fête qui était prévue dimanche 11 septembre. Plus de 100 géants venus de toute la région, une trentaine d’harmonies, de nombreux groupes et associations devaient y participer. Malheureusement l’actualité tragique du moment et les exigences parfois surprenantes mais surtout très onéreuses de la sous-préfecture de Lens ont obligé l’association à reporter la fête.

  Cependant, Taraderuze et Rosalie de nouveau vivants, il fallait les baptiser. C’est ce qui est fait le samedi 10 septembre 2016 à l’occasion de la journée des associations.

BA05

  M. Sylvain Robert, maire de Lens, a dirigé la cérémonie. C’est Bernard Schaffner, l’un des fils de l’ancien député-maire de Lens, qui a accepté d’être le parrain de Taraderuze ; madame Lysiane Gillot sa marraine.

   Pour Rosalie Tata, son parrain était Alain Oudre qui a fait le déplacement de Toulouse pour participer à la fête. Il est l’arrière-arrière petit-fils de Rosalie Abrassart, la dame qui servit de modèle à la géante lensoise. La marraine de Rosalie était Jessy Desmaretz, une passionnée des Géants du Nord.

BA06

  Après la ‘cérémonie officielle’ mais non moins décontractée, Monsieur Robert a remis aux parrains et marraines le certificat de baptême de nos géants.

BA07

   Et comme d’habitude à Lens, tous finit toujours en musique ! Le talentueux troubadour s’appelle Benoît Bourgeois, il interprète une de ses compositions réalisée spécialement « Elle est belle, Rosalie » et est accompagné d’un groupe d’enfants habillés en galibot pour les garçons et en cafut pour les filles.

BA08

  Taraderuze et Rosalie Tata en profite pour effectuer leurs tous premiers pas de danse depuis leur retour.

BA09

  La fête se termine par un show du groupe des Alizés de Lens, de jeunes demoiselles aux couleurs Sang et Or habituées à accompagner Ch’Meneu dans ses déplacements.

BA10

  On ne sait où Rosalie Tata et ses deux hommes Ch’Meneu et Taraderuze ont passé la nuit, mais dès le lendemain matin, ils étaient frais et dispos pour se présenter aux lensois sur la place Jean Jaurès.

BA11

   Avant de reprendre la place qui était la leur dans les années 60 : devant les portes de l’Hôtel de Ville.

BA12

  Pas de carnaval des géants donc pour cette fois ci mais comme un vrai lensois ne renonce jamais, celle-ci aura lieu plus tard …. Et n’en sera que plus belle !

2 commentaires

Sur les traces de Raphaël Lardeur

   Le 23 mars dernier, le lensois normand reçoit un message de Madame Suzanne Grano commençant ainsi : « Je vous écris de Brisbane en Australie. Notre aïeul parisien Raphaël Lardeur (1890-1967) a réalisé le vitrage escalier Art Déco de l’actuel Centre Jouhaux en 1930 ou 1945 ».

   Raphaël Lardeur est né le 19 décembre 1890 à Neuville-sur-Escaut et décédé à Paris le 17 avril 1967. Brancardier en Serbie lors de la première guerre mondiale, il s’installe à Paris en 1921 et fonde son atelier de peintre-verrier. Créateur de vitraux, de mosaïques, de mobilier liturgique, on trouve ses œuvres aujourd’hui sur plus de 200 sites en France et particulièrement en Picardie.

RL1000

   La question de ma correspondante consistait surtout à savoir pourquoi Raphaël Lardeur aurait créé deux œuvres, l’une en 1930, l’autre en 1945 pour le même bâtiment.

   En 1930, Alfred Maës, maire de Lens mais aussi président de la Caisse de Secours des ouvriers et employés des mines de Lens décide de regrouper en un seul établissement tous les composants pour offrir aux mineurs et à leur famille une médecine gratuite de qualité.

RL102

   Le site comprenant plusieurs bâtiments  construits entre la rue Eugène Bar et le Boulevard Basly, est inauguré le 16 février 1931.

  En montant le grand escalier face à l’entrée située rue Eugène Bar, on aperçoit un magnifique vitrail incurvé donnant sur la cour représentant un mineur et sa famille.

RL103RL104

   Le 11 août 1944, Lens est bombardé, beaucoup de bâtiments et d’habitations sont détruits. Le vitrail de Raphaël Lardeur vole en éclats.

   En 1945, le gouvernement nationalise les mines de charbon. On peut penser que ce sont les toutes nouvelles HBNPC (Houillères du Bassin du Nord et du Pas de Calais) qui ont demandé à Raphaël Lardeur de composer un nouveau vitrail.Réalisé sur le même thème que le premier, il est mis en place en 1946.

SONY DSC

RL205

  Voilà donc pour la réponse que l’on peut raisonnablement apporter à la question de notre correspondante devenue depuis une amie.

  Le 23 octobre 1970, la ville de Lens fait l’acquisition des ces locaux auprès de Charbonnage de France, nomme l’ensemble ‘le Centre Léon Jouhaux’, y transfère certains services municipaux et y logent des associations.

SONY DSC

  En 2010, la ville de Lens cède les locaux à Pas-de-Calais Habitat. Lors de la rénovation du site, les vitraux sont enlevés et remplacés par une protection provisoire.

KODAK Digital Still CameraRL106

   Ils sont emmenés afin d’être restaurés par « Vitraux d’Art Atelier Claude Barre » de Cottenchy (80) dirigé depuis 2013 par Monsieur Stéphane BRISSY, maître-verrier, qui y travaille avec trois collaborateurs dont son épouse.

  Et c’est là que, le 12 septembre, nous avons retrouvé Madame Suzanne Grano et sa sœur Julie. Ces dames effectuent chaque année depuis 2012 un voyage de plusieurs semaines en France sur les traces de leur ‘cousin français’ comme elles l’appellent, afin de compléter un travail de mémoire sur ses œuvres et celles de son fils Gérard, également artiste maître-verrier et sculpteur.

KODAK Digital Still Camera

  Monsieur et Madame Brissy nous ont obligeamment fait visiter leur atelier et nous ont expliqué les techniques de la fabrication et de la restauration des vitraux. Nous avons vu Kevin occupé occupé au masticage d’une partie du vitrail de Lens pour lequel, du fait de sa forme incurvée, il a fallu créer un support spécial.

KODAK Digital Still Camera

   Puis, c’est Cécile que nous avons rencontré. Passionnée par le métier qu’elle effectue depuis plus de 30 ans, elle était occupée à la restauration d’un vitrail ancien, dessertissant les pièces de verre de l’ancien plomb abîmé pour les réinsérer dans un profilé de plomb neuf.

KODAK Digital Still Camera

  Nous avons ainsi pu admirer des fragments de l’œuvre de Raphaël Lardeur restaurés et découvrir la partie comprenant la signature de l’artiste.

KODAK Digital Still CameraKODAK Digital Still Camera   Dans quelques temps, à la fin de la rénovation, le vitrail sera reposé à son emplacement d’origine, dans la cour du centre Jouhaux. Ce sera ainsi une partie du patrimoine lensois qui retrouvera sa place.

RL113

0 Commentaires

Le waide de Lens

   Lens, capitale du charbon ? Oui mais ce ne fut pas la première richesse de la commune.

waide2

  Au début du 14ème siècle, Lens est sous l’influence d’une Châtellenie (un territoire tenu, exploité et protégé autour d’un château à motte gouverné par l’aristocratie locale refusant l’autorité du roi de France). Elle appartint alors à la maison de Lens jusqu’en 1312 quand elle passa par mariage à celle des Récourt.

   En 1392, en pleine guerre de 100 ans, des moulins sont construits à Lens, des moulins à ‘waide’.

waide3

   ‘Waide’ est un mot du vieux patois picard tiré du nom allemand ‘Waid’ qui signifie pastel. Le waide (appelé aussi guède ou pastel des teinturiers) désigne à la fois une plante herbacée bisannuelle originaire d’Asie qui poussait en abondance dans la plaine d’Artois et en Picardie et le colorant que l’on en tirait. Dans la plaine de la Gohelle autour de Lens, on trouvait le waide dans les nombreux marais entourant la ville. Obtenu après broyage et fermentation des feuilles, le waide fut pendant des siècles la seule teinture naturelle bleue à pouvoir être produite. Les trois couleurs de base étaient alors le rouge, le blanc et le noir. Le bleu était utilisé mais il ne devint une couleur à la mode qu’à partir du 12ème siècle.

waide

  Si la Picardie (principalement l’Amiénois et le Santerre) était un espace important de production de waide, les fabricants de Lens avaient une grande réputation et le commerce du waide fut pendant plusieurs siècles une source de revenu intéressante. Les artisans lensois allaient même jusqu’à fournir des riches flamands comme ceux de Bruges. Les ventes s’effectuaient sur le ‘franc marché’ sous une halle d’où étaient expédiées les marchandises vers les villes voisines par le canal de la Souchez (creusé au 13ème siècle) ou en charrette. Outre le waide, on y vendait draps, toiles, cuirs, mercerie, grains, viande et épicerie.

waide6

  Le commerce du waide était règlementé : un teinturier ne pouvait en vendre plus de quatre barils par semaine. Vers 1550, les règles sont : ‘’chacune balle pesant 200 livres ou environ, estimé le 100 pesant, 7 livres 10 sous’’.

  Au 16ème siècle, Lens était désignée ville étape. Ce privilège imposait à tous les marchands et négociants étrangers à y séjourner avec en compensation la possibilité de vendre leurs marchandises sur le marché une heure avant l’ouverture officielle. C’est ainsi que l’indigo fut importé en provenance des colonies d’Amérique puis d’Inde où sa culture à grande échelle le rendait très compétitif. Il supplanta le waide et sonna le glas des teinturiers lensois. Vers 1612, les autorités lensoises demandèrent en vain l’interdiction de l’indigo. Celui-ci prit de l’extension et les moulins  à waide de Lens furent petit à petit abandonnés.

waide5

0 Commentaires
123

Blog du niveau intermédiaire |
funk98 |
alpin38 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe